Je lis aussi

Mes lectures



Derniers avis



04 juillet 2012

Comment dire à un collègue qu'il sent mauvais sous les bras

Comment_dire_a_un_collegue_m_large

Comment dire à un collègue qu'il sent mauvais sous les bras
Alexandre Dubarry
Leduc S. Editions (2012)
256 pages
coeur_4of5 Lecture ludique

Tout (ou l'essentiel) est dans le titre! Cet ouvrage traite des différentes nuisances au boulot, dont celle des mauvaises odeurs et donne de nombreuses pistes pour régler le problème sans déclencher une guerre nucléaire dans l'open space (même si j'ai mon bureau, on ne sait jamais...).

J'avoue que lorsque j'ai vu que Babelio proposait cet ouvrage pour la dernière opération Masse Critique, j'ai craqué et j'ai tenté ma chance. Même si mon rythme de lectures à partager a plus que ralenti ces derniers mois (disons le, il est au point mort hein allez...), j'ai vraiment apprécié de me plonger dans ce guide du "comment faire et comment dire" certaines choses au boulot sans pour autant passer pour une mégère sans coeur odieuse et antipathique...Parce que oui, j'ai eu ce genre de problème au boulot...et je ne l'ai pas réglé avec le plus grand tact, j'en aurai presque honte en y repensant, même si la collègue m'a remercié de le lui avoir dit sans prendre de gant. C'est super, j'ai compris pourquoi j'avais peté un plomb et pourquoi ça n'arrivera plus jamais!

Lire la suite...

Tout d'abord, le livre vous explique pourquoi on bloque et pourquoi la situation a souvent du mal à s'améliorer. Puis, il aborde ce qu'il faut faire (et éviter de faire pour reprendre le dessus quand on a envie de balancer un déo dans la tronche de Durand ou qu'on s'imagine lui vider un sachet de bonbons à la menthe dans le gosier en appuyant bien fort et en criant "bouuuuuufffffffeee"...ohlàlà, vite, je dérape, je sors ma fiche "moutarde" pour me calmer), comment programmer la contre attaque de façon efficace et non aggressive, comment obtenir des résultats, que proposer au collègue et même que faire si tout échoue. Ca me parle tout ça, ça me parle si vous saviez...dissonance cognitive, renforcement positif, gestion des émotions, com non violente, CCT...et le tout ponctué de dialogues réalistes (ou pas) avec notamment 35 cas qui peuvent paraitre éxagérés mais qui ne sont pas, pour moi, si éloignés de la vérité !

Petit extrait : le collant qui veut tout le temps faire la bise
C : Non, je préfère éviter les bises, c'est contraire à ma culture.
A : Tu me charries?
C : Pas du tout, dans la tribu de mes ancêtres, on se frotte le bout du nez.
A : Arrête!
C : Je t'assure, j'ai un grand père inuit qui a quitté l'Alaska à 16 ans.
A : C'est génial! Tu sais, ça ne me gène pas, si tu veux, on peut se frotter le bout du nez!
C : Il ne fait pas assez froid.
A : Ah bon, il faut qu'il fasse froid pour se frotter le bout du nez?
C : Bien sûr.
A : Quand est-ce qu'on part à la montagne ensemble?
C : J'ai horreur de la neige. Je préfère le vrai froid, la banquise, la glace. Ce sont mes gènes qui parlent. Moi, c'est de la galce, de la glace, de la glace...
A : Bon, tu bois quoi : café, thé?
C : Un thé, avec beaucoup de glace...
Là je dis, huhuhu...

J'ai bien apprécié le fait que la question des odeurs n'était pas la seule à être abordée. Tous les envahisseurs (olfactifs, sonores, visuels...) sont passés en revue. Il y a celui qui prend notre bureau pour un moulin (tiens, je le subis ça...) appelé ici "le clandestin" (j'adore), la glue qui veut tout le temps vous inviter, le bisouilleux, l'accro au portable ou encore ceux qui vous parlent tellement prêt que vous sentez les postillons+l'odeur de clope froide mélangée au café+sa peau moite vu que c'est l'été et que ça colle, mon dieu, brrrr, argh...et là, j'attends toujours d'entendre dans un haut parleur : "à tous les voyageurs de l'Entreprise, merci de maintenair une distance de sécurité pour ne pas court-circuiter l'espace perso de l'autre"...mais non, rien ne vient.

"La meilleure façon d'imposer une idée aux autres, c'est de leur faire croire qu'elle vient d'eux" Alphonse Daudet. Testé et approuvé, ça marche 7 fois/10...

Conclusion : un livre à ne pas lire d'une traite, de toute façon, ce n'est pas fait pour ça. Il faut digérer les étapes, comprendre et appliquer. J'aime les livres de développement personnel mais ils sont parfois rébarbatifs, ça fait psycho de bazar et coaching à 3 balles. Là, non, et c'est même drôle (oué, super important de dédramatiser la situation). Ca fait réfléchir non seulement à nos relations au travail mais c'est aussi applicable à plein d'autres situations. On pourrait transposer : comment dire à son chéri (mais pas le mien) qu'en été, une douche le soir, surtout après le sport, c'est sympatoche quand même ou comment dire à mémé berthe que tous les dimanches, même si on aime son confit d'oignons et sa purée d'ail avec le rôti, ça shmoute un peu...etc...etc...soyez créatifs!

Merci à Leduc S. Edtions et à Babelio pour ce partenariat.

Posté par Pink Canary - Avis de lecture - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur Comment dire à un collègue qu'il sent mauvais sous les bras

    critique tres drole cela donne envie

    Posté par bébé papillon, 05 juillet 2012 à 11:30 | | Répondre
Nouveau commentaire